A Ingersheim, le maire 2020-2026, Mme Stoecklé, était, avant son élection, adjointe aux espaces verts. Aujourd’hui elle laisse pousser ce genre d’horreur dans la ville, même si la décision a été prise sous la précédente mandature dont elle était partie prenante.

Le coin des étangs d’Ingersheim, avec l’horrible restaurant gris dont la terrasse donne sur un parking et l’entrée sur ce pylône de 36 mètres, sa petite cité-dortoir touristique raisonnablement grande et qui se fond pas trop mal dans le paysage avec son architecture pauvre mais sans mauvais goût, ressemble de plus en plus à une banlieue glauque de la région parisienne…

Tout ça pour du porno, les vidéos rigolotes de ta maman sur WhatsApp ou des jeux vidéos…

À Ingersheim, maintenant, quand on lève la tête, on voit le clocher de l’église Saint-Barthélemy et ça. L’un nous parle de la grandeur et de l’éternité ; l’autre, de nous, nos échafaudages hideux pour transmettre nos messages débiles, notre laideur bourgeoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *