On se souvient qu’à Colmar, dès l’hiver 2019, et donc encore pendant le mandat de Gilbert Meyer, des gros projecteurs moches comme des radars sont apparus dans les rues, qui devaient permettre d’illuminer les bâtiments pour Noël. Mais pas en les mettant en valeur comme c’était déjà fait par l’éclairage, sinon en les recouvrant d’animations taillées sur mesure, comme on pouvait en voir pendant la Fête des Lumières à Lyon. Ce qui était la magie de quelques jours en un endroit unique et pour une fête locale, en Isère, le gros bourgeois à goître a décidé de le mettre partout, tout le temps, pour que son produit lucratif soit recouvert d’une surcouche technologique. Pour créer encore du spectacle dans sa société sans âme. Comme si engloutir le gâteau déjà succulent sous un coulis de framboise et le saturer de fruits confits, le rendait meilleur et non pas écœurant.

En 2020, pendant que les rats héroïques étaient terrés dans leurs glorieux trous1), des écrans publicitaires sont apparus dans de nombreuses vitrines du centre-ville, mettant des images en mouvement partout dans l’espace public, espace qui n’a plus rien de sain et de stable mais est noyé dans cette insignifiance mobile, stupide et agressive.

Il n’y a donc plus de vitrines, donc, et les vitrines de Colmar vont bientôt pouvoir s’appeler les « écrans des franchisés de néo-Colmar big buzz 2.0 tro koolol »…

Même la bibliothèque municipale, le PMC, propose une grande télévision dans sa salle de lecture des périodiques, comme si les gras esclaves du bourgeois n’avaient pas déjà leur écran à domicile, comme s’il fallait aller à la bibliothèque pour voir défiler en boucle, mais sans son (il ne manquerait plus que ça !), la propagande vomitive de la société de consommation et du technofascisme.

Bibliothèque municipale (salle des périodiques)

En banlieue, c’est le Leclerc de Logelbach qui a lui aussi enlaidi son parking déjà glauque, d’un horrible écran :

Colmar n’a pas été nommée capitale de la culture 20222, mais elle devient peu à peu la capitale de la laideur technologique, non ?

Vous, que pensez-vous de tous ces écrans dans les vitrines des magasins ?

Notes

  1. Ô beaux gens moulins avachis devant leurs écrans, qu’ils sont valeureux à sauver des vies en faisant de la leur aussi trépidante que celle d’un poulet en batterie !
  2. Mais pourra-t-elle candidater à nouveau chaque année pour alimenter le spectacle permanent ?

Un commentaire

  1. Merci pour cet article, je vomis tous ces écrans autant que vous, sans parler de la conso électrique équivalente à celle de 3 foyers (hors chauffage)!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *