On lit souvent dans la presse bourgeoise des commentaires acerbes sur l’absence de sanction dans les quartiers pauvres, censés moins respecter les mesures post-impéritie à Paris, de détention provisoire uberisées. Idem pour la presse bourgeoise catholique qui trouve dans cette mise à l’index des banlieues périurbaines et autres quartiers à fort taux de population issue de l’immigration récente ou étrangère, une petite revanche sociale, des riches possédant souvent un cadre apte à leur faire passer un confinement agréable devenant jaloux des libertés fondamentales que s’octroient des pauvres entassés.

Si vous vivez dans un quartier urbain, sans jardin et sans possibilité de vous échapper discrètement dans la forêt ou campagne, témoignez des conditions de votre détention !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.